bibam-logo-ligne-bleu-taille-moyenne

Pour suivre notre actu, inscrivez-vous à notre newsletter ou rendez-vous sur les réseaux sociaux.

Docu – L’équipe s’agrandit avec Léna, assistante de production

En 2022, la volonté est de renforcer la création de formats documentaires. Ce mois-ci, c’est Léna qui nous a rejoint sur un poste salarié d’assistante de production dédié au documentaire. A l’avenir, Léna nous racontera ses expériences sur ce blog. On vous la présente.

 

Bonjour Léna, tu peux nous en dire plus sur toi ?

 

Salut ! J’ai 26 ans et je suis diplômée d’un master de recherche en musicologie et cinéma. Donc le cinéma, c’est un bout de ma vie depuis un bon moment maintenant. À côté de ça, j’ai cumulé les petits emplois dans pleins de trucs différents : mode, photographie, écriture, podcast, bibliothèques … 

 

Tu as eu pas mal d’expériences dans des domaines créatifs. Qu’est-ce qui t’as plus particulièrement donné envie de t’orienter vers l’audiovisuel ?

 

Le cinéma, ça a toujours été en toile de fond chez moi. En particulier le cinéma expérimental et les films hors format très contemplatifs. J’avais ce truc d’aimer débarquer dans un point de vue radicalement différent du mien, et du coup j’ai peu privilégié la fiction. J’ai toujours été plus attirée par la manière de montrer quelque chose avec son propre point de vue, une sorte d’affirmation de son être à travers des images, de la musique ou du dessin, pour rester vague. 

 

Par quel biais as-tu découvert le documentaire ?

 

J’ai découvert le cinéma documentaire à travers mon cursus de cinéma. Avant ça, je ne connaissais que ce que j’appelle les “docucu”, c’est-à-dire les documentaires très factuels.

Bref, j’étais pas très branchée sur ça, je trouvais ça intéressant mais d’un point de vue informatif. À la fac, j’ai découvert le cinéma direct et le cinéma vérité et je me suis rendue compte qu’on pouvait exprimer des choses extrêmement fortes et un point de vue sur le monde à travers un jeu avec l’image et la narration.

 

Qu’est-ce qui t’attire dans ce format ? 

 

J’ai compris à travers mes études qu’on pouvait exprimer quelque chose d’extrêmement fort et de très personnel dans le cinéma direct. Ce que je trouve le plus beau dans cette manière de documenter le réel, c’est qu’il ouvre des portes à un spectre de compréhension du monde très varié et c’est ce que je trouve magnifique.

 

Aujourd’hui tu es assistante de production, comment tu aimerais que soit la suite pour toi ?

 

A terme, j’aimerais pouvoir me charger entièrement de la production. A côté, j’aimerais également pouvoir me concentrer sur l’écriture de documentaire, tirer des fils narratifs, poser des hypothèses… J’ai toujours aimé raconter des histoires, donc j’aimerais vraiment pouvoir en faire mon travail et me plonger corps et âme là dedans !