bibam-logo-ligne-bleu-taille-moyenne

Pour suivre notre actu, inscrivez-vous à notre newsletter ou rendez-vous sur les réseaux sociaux.

Développement de pellicule 8mm pour un tournage de clip analogique | Bibam Production

Expérimental – Un tournage de clip sur pellicule

Depuis les débuts de Bibam Production, le désir de filmer en analogique traîne au fond d’un tiroir. Filmer sur pellicule, c’est avant tout la satisfaction de fabriquer des image de ses propres mains, de sortir d’une fabrication boulimique de contenus audiovisuels, d’expérimenter et de réapprendre à avoir le temps. Mais, justement, le temps nous manquait. Jusqu’au jour où un groupe nous a contacté pour réaliser un clip en analogique. L’occasion rêvée de se lancer.

 

La volonté d’entrer dans des formats expérimentaux était claire dès le début. Le groupe est conscient des délais que représente la production pellicule, d’autant plus lorsqu’elle s’inscrit dans de l’expérimentation. Dès lors, l’idée est de réaliser un maximum d’étapes du processus de production nous-même et de ne pas (ou peu) avoir recours à l’outil informatique. Ca allait se traduire par utiliser une table de montage ou encore pratiquer l’altération/le grattage de pellicules pour créer des habillages. Notamment.

 

Première étape : tester les caméras

 

La priorité était de tester nos caméras, aussi bien pour comprendre leur fonctionnement qu’évaluer leur état. Pour des tests plus méthodiques, on a retenu deux caméras – la Quartz M et la Quartz 2X8 C3. Toutes deux sont des caméras 2X8mm soviétiques amateur produites respectivement en 1962 et 1976 par l’usine Krasnogorsky Zavod près de Moscou.

 

Les caméras soviétique présentent la particularité d’être souvent des copies de grandes marques occidentales, à cela près qu’elles sont plus grossières (mais plus solides aussi …) et donc plus aléatoire en terme de rendu. C’est aussi une des orientations que l’on souhaitant prendre dans l’expérimentation. En terme de pellicules, que nous souhaitions en N&B, le choix était restreint, peu de pellicules étant encore produites. Ce sont des Fomapan R100 N&B qui ont été choisies.

 

Pendant toute une journée, en présence d’un membre du groupe, nous avons filmé. Nous avons testé un à un tous les réglages en prenant des notes systématiques. Nous avons ajouté un peu de plaisir à la rigueur en récréant des ambiances et des textures de l’univers de Lovecraft, dans lequel évoluera le clip.

 

Deuxième étape : Apprendre à développer

 

Pour poursuivre notre logique de production artisanale, il nous fallait apprendre à développer nos propres pellicules. Nous n’avions aucun recul sur l’état de nos caméras, il aurait donc été plutôt hasardeux de se lancer dans un développement maison expérimental. L’objectif étant, à terme, de pouvoir développer avec des méthodes alternatives comme le Caffenol (un développement à base de café instantané).

 

Nous nous sommes inscrits à un atelier d’initiation au développement de pellicule à l’ETNA à Montreuil. Pendant deux jours, nous avons eu à disposition un vrai atelier de développement ainsi qu’un formateur aguerri à ce type de pratique. Et contre toute attente, nous avons parfaitement réussi le crash test – aussi bien du tournage que du développement.

 

Au terme de l’initiation, nos pellicules 2X8mm ont été projetées et, honnêtement, le résultat était incroyable pour un premier essai. Ci-dessous, un rapide extrait filmé au téléphone lors de la projection et qui ne rend pas honneur au vrai résultat.

En conclusion, c’est la Quarz M qui sera l’élue du clip. La suite c’est maintenant de mettre en place le tournage du clip. Cette expérience nous a redonné l’envie de dégager du temps pour des formats expérimentaux et sur pellicule. Nous visons, sur 2020, la rénovation de caméras, la poursuite des tests de tournage et la mise en place d’un modeste labo permettant d’expérimenter plus sur le développement.

 

Photos du développement des pellicules

Mise à jour du 21 novembre 2020 :

 

Depuis la première publication de cet article, une pandémie est passée par là. Malgré de larges délais octroyés, nous avons été dans l’impossibilité de mener le projet à terme entre confinements et couvre-feux. Mais nous n’abandonnons pas le travail sur pellicule qui reste un axe de développement vers lequel nous souhaitons nous orienter lorsque le retour à la normale nous le permettra.